La confiance en soi, ça s'apprend...

LE MANQUE D'ASSURANCE
Les symptômes
Les conséquences
Une source d'anxiété
 

 - Manque d'assurance
Il peut y avoir plusieurs causes au manque de confiance en soi.

Le fait de manquer d’assurance est souvent lié à l’enfance : des parents trop exigeants risquent de fragiliser leur enfant qui se sentira dévalorisé s’il n’arrive pas à répondre à leurs attentes (être le premier à l’école, etc.). Et cette peur de décevoir restera ancrée à l’âge adulte.
Mais aussi, des parents trop protecteurs ne vont pas préparer leur enfant à affronter, plus tard les difficultés de la vie. Plus grand, il éprouvera un sentiment d’insécurité, aura du mal à se montrer autonome et à assumer des responsabilités.

Plus généralement, il peut être difficile de résister à la pression sociale qui valorise un modèle idéal : il faut réussir ses études, sa vie de famille, avoir une carrière accomplie… Une telle exigence de perfection sociale peut inhiber des personnes qui se disent "Je ne vais pas y arriver", "Je ne suis pas à la hauteur"...  

 

Les symptômes

 - Sentiment d'infériorité

Ce manque de confiance en soi se manifeste généralement par :

> Un sentiment d’infériorité : vous vous comparez sans arrêt aux autres, vous les survalorisez tandis que vous ne vous trouvez que des défauts.

> Un sentiment de découragement : du fait de cette impression d’infériorité, toute entreprise vous semble vouée à l’échec.

> Un sentiment de honte : comme vous ne vous sentez pas à la hauteur, vous avez l’impression que les autres aussi vous trouvent "nul". 

 

 

Les conséquences

 - Vouloir se faire oublier

> Vous refusez les responsabilités : vous avez peur de l’échec et, du coup, vous ne prenez pas de risques, que ce soit dans vos études ou dans votre vie professionnelle.

> Vous n’êtes pas à l’aise en société : le fait de prendre la parole en public ou d’animer une réunion vous semble impossible, vous avez peur de rougir, de bafouiller… Et vous évitez au maximum les relations avec les autres.

 

> Vous ne voulez pas vous faire remarquer : ayant du mal à affirmer votre point de vue face aux autres, vous allez plutôt suivre leur avis et vous montrer "conformiste".

 

Une source d'anxiété

 - Anxieux et timide

Comme vous appréhendez le changement, toute situation imprévue va provoquer de l’anxiété, ce qui peut d’ailleurs se manifester par des symptômes psychosomatiques (diificultés à respirer, crise de tachycardie…).

De plus, vous êtes pris dans une stratégie d’évitement qui va, elle-même, générer de l’anxiété : vous cherchez à fuir des situations qui peuvent être éprouvantes (examen, réunion, voire rendez-vous amoureux…), mais vous vous demandez comment faire et vous angoissez "par anticipation".

Cette stratégie d’évitement entraîne donc une tension nerveuse qui vous épuise, aussi  bien au niveau mental que physique.  

 

 

COMMENT CHANGER ?
Seul ou pas ?
Et une thérapie ?
Pour se sentir plus à l'aise
 

 - Avoir confiance en soi

Il peut être difficile d’entamer un travail sur soi, puisque cela implique de changer et de prendre des risques. Mais il faut penser aux bénéfices sur la distance. A terme, c’est la perspective de contrôler votre anxiété, de reconnaître enfin vos qualités, mais aussi d’admettre la possibilité de l’échec.

En effet, ce n’est pas parce que vous faites une erreur que vous devez vous dénigrer et vous dévaloriser par rapport aux autres, d’autant qu’il est toujours enrichissant de tirer la leçon de ses échecs. On en ressort grandi et plus fort pour la suite.

Seul ou pas ?

 - Guérir seul d'un manque d'assurance
Cela peut être difficile, mais vous pouvez entamer ce travail si votre manque d’assurance n’est pas trop prononcé.

Il faut dans un premier temps essayer d’identifier précisément vos difficultés et avoir la volonté de vraiment changer.

Ce changement doit se faire de manière progressive : attaquez-vous d’abord aux situations les moins anxiogènes, et surtout soyez réaliste. Si vous vous fixez des objectifs trop ambitieux au début, vous n'y arriverez pas et risqueriez alors de ressentir un intense sentiment d'échec, ce qui serait le retour à la case départ.

La lecture d’ouvrages sur le développement personnel par exemple, peut être une aide précieuse dans votre démarche.

Et une thérapie ?

Lire la suite ► 

 - Timidité et traitements
Si votre souffrance est trop forte, il est nécessaire de vous faire aider par un spécialiste. Vous pouvez suivre une thérapie de type comportementale et cognitive, pendant six mois voire un an, avec un psychiatre ou un psychologue clinicien.

L’objectif est de procéder par étapes, pour réussir à modifier progressivement votre comportement et à vous affirmer

Dans cette optique, quelques exercices simples peuvent vous donner un petit coup de pouce. Par exemple, pour apprendre à vous exprimer plus facilement face aux autres, " exercez-vous " d'abord devant un public déjà conquis : avec vos amis ou votre famille. Il vous sera ensuite plus aisé de prendre la parole devant vos collègues de bureau ou une assemblée plus importante.

En parallèle, des médicaments peuvent éventuellement vous être prescrits : des anxiolytiques pour lutter contre l’anxiété, ou un bêta-bloquant très faiblement dosé, ou des antidépresseurs si votre manque d’assurance a une dimension dépressive. Ces derniers traitements sont à suivre en moyenne pendant quelques mois à un an, toujours en association avec une thérapie comportementale et cognitive. Si vous êtes plutôt médecine douce, pourquoi ne pas prendre les conseils d'un homéopathe, en plus de l'accompagnement psychologique ?

Se sentir plus à l'aise

 - Timidité et relaxation

Par différents moyens, vous tâcherez de vous sentir mieux dans votre corps, mais c'est surtout par un travail global que vous y arriverez.

En effet, il est aussi important d’être plus à l’aise physiquement, car le corps répercute les signes du manque de confiance en soi (tremblements, rougissements, bégaiement…). Faire de la relaxation par exemple, vous aidera à vous détendre et à contrôler plus facilement vos émotions. Ou si vous êtes du genre actif, organisez-vous pour pratiquer régulièrement un sport.

En associant travail sur l’esprit et sur le corps, vous parviendrez à vous sentir plus épanoui et à avoir plus de recul et de sérénité dans votre relation aux autres.
Certes, la confiance en soi peut fluctuer selon le contexte en étant, par exemple, mise à mal en cas de rupture ou pendant une période de difficulté professionnelle. Mais le fait d’être conscient de vos possibilités, de mieux maîtriser vos doutes, vous permettra d’être plus fort face aux épreuves.

CONSEILS D'UNE PSYCHOLOGUE

© Arnaud Fevrier - Editions Flammarion - Perte de confiance : conseil d'un psy
© Arnaud Fevrier - Editions Flammarion
Entretien avec Marie Haddou, psychologue*.

Quels sont les "trucs" qui aident à s’affirmer au quotidien ?
Il existe des techniques simples qui permettent de faire un premier travail sur soi. Par exemple, "le disque rayé" : il s’agit de défendre son point de vue sans être agressif, mais avec calme et fermeté.
Ainsi, si votre employeur vous demande de rester très tard le soir et que vous ne pouvez pas, au lieu d’accepter par peur de sa réaction, vous lui répondez : « Je veux bien faire un effort ce soir, mais je ne peux pas rester aussi tard. » S’il insiste, persistez vous aussi : « Je comprends très bien votre demande, mais je ne peux pas rester si tard…En revanche, je peux venir plus tôt demain matin. » Cette offre de compromis vous permet de défendre votre point de vue tout en prenant en compte celui de l’interlocuteur.

Un autre conseil ?
Autre technique : "l’écran de brouillard" qui permet de répondre de manière floue pour ne pas prêter flan aux critiques. Si l’on vous dit : "Je te trouve désagréable", plutôt que de vous effondrer, vous pouvez répliquer : "Cela peut m’arriver, mais ce n’est pas très grave." L’objectif étant de mieux faire face au jugement des autres.

Comment parvenir à changer de comportement de façon durable ?
L’auto-observation est importante. Vous pouvez noter dans un carnet les situations qui provoquent de l’anxiété et les analyser. Cela mettra en évidence vos "pensées automatiques" négatives, comme "Si je refuse de rester plus tard, mon patron va me virer", alors qu’il peut se montrer conciliant. En effet, lorsque vous manquez de confiance en vous, vous ne cessez de vous angoisser, de culpabiliser et de dramatiser en élaborant des scénarios catastrophes. Ce travail d’analyse permet peu à peu de transformer vos croyances erronées, telles que "Je dois être parfait". On a tous droit à l’erreur, que ce soit au travail ou dans sa vie privée ! Cela ne signifie pas pour autant que l’on est incompétent ou voué à l’échec... 



 


 




07/01/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 126 autres membres